Aller au contenu

Échange Rayonnant-Saison de la créativité

Victoria Bonheur explore, sur des périodes de 2 mois, un thème de développement personnel, à travers ses live Instagram « Échange rayonnant » dans lesquels elle invite des personnes qui l’inspirent. J’ai l’honneur de faire partie de ces personnes invitées.

En mars 2022, c’est la saison de la créativité, voici donc le replay de notre live, accompagné de mes notes de préparation de l’intervention ci-dessous.

Ma vision de la créativité

Avant je pensais que les créatifs étaient les artistes : une idée originale, de la technique, et surtout un résultat admirable, dans une peinture, une chanson ou autre réalisation du domaine de l’art.

Il y a 15 ans quand je cherchais un travail en ingénierie structure, un DRH lors d’un entretien d’embauche m’a offert une nouvelle manière de voir la créativité : j’ai des outils à ma disposition, j’ai un résultat à obtenir, je conçois un protocole, une manière d’utiliser et agencer mes outils, pour obtenir mon résultat : c’est de la créativité !

Je n’ai plus jamais dit que je n’étais pas créative, et j’ai de la gratitude envers ce monsieur !

C’est ce que l’on fait en bricolage, ce sont les solutions qu’on trouve avec les moyens du bord, ce sont les associations d’idées pour en créer des nouvelles. Les blagues inventées sur le moment c’est de la créativité !

Une fois j’allais visiter une amie qui travaille dans l’art et animait un atelier pour enfants, ils devaient dessiner sur un grand pan de mur. Je ne me sentais pas trop de dessiner alors j’ai créé une sculpture, une gomme est devenue le tronc d’un animal, des crayons les jambes, du papier canson une tête, pour un résultat qui ressemblait aux créatures de Dali, en mode total amateur et j’étais très satisfaite de m’être amusée.

On peut imaginer que la créativité c’est partir d’une page blanche, mais souvent la créativité arrive quand on doit répondre à une consigne, qu’on a un objectif, dans un espace de contraintes. Par exemple, ces live que tu proposes, sont à chaque fois l’occasion pour moi de créer un discours, car le thème et les questions sont imposées, ainsi qu’un format.

J’ai écrit un conte, Noah et le Dragon, pour enfants et aussi pour adultes. Je me suis inspirée des activités d’un enfant que je connais avec son père. Je voulais un conte où un dragon se fait aider plutôt que tuer. L’enfant, par ses activités avec son père développe des compétences dans le but de tuer des dragons. Il se retrouve dans une épopée où il détourne l’usage de ses compétences et finit par aider le dragon. C’est en recherchant à quoi d’autre peut bien servir tel ou tel outil ou compétence, que j’ai trouvé une idée pour chaque étape de son parcours. C’est la contrainte d’avoir de la structure et de la logique, que tout soit utile, qui m’a permis de construire l’histoire.

Je poursuis avec des exemples qui ne sont plus une recherche de solution.

J’ai écrit le texte d’une chanson, un soir où j’ai saisi une humeur à l’inspiration, la disponibilité d’esprit. Mon ami musicien Peewaï m’a donné un thème : « la musique », et j’ai écrit un texte à partir d’éléments de mon histoire du moment et en l’élargissant. La chanson est dans son premier album Sparkle, elle s’appelle Rockoholic, les paroles sont disponibles sur Bandcamp, et la vidéo sur Youtube.

Autre activité de créativité pour moi : mon stage de néo-chamanisme avec des voyages au tambour. J’y ai créé tout un monde qui m’appartient, avec mes personnages : mon animal totem, mon nouveau chamane, la petite Adelyne (c’est là que j’ai enfin pu faire apparaitre mon enfant intérieur), j’y retourne parfois. Toutes les activités de visualisation, lors de mes stages de constellation, d’hypnose, m’ont aussi permis d’enrichir mon petit monde, j’adore être dans l’attente de ce qui va surgir, issu de mon imagination.

De ces dernières expériences, je déduis que la créativité, pour émerger, a d’abord besoin d’une autorisation : que je me donne, et que mon entourage me donne.

Elle a besoin d’espace, d’esprit disponible, de temps plus ou moins dédié.

Elle peut avoir besoin d’une méthode.

Comment le coaching que je fais est utile pour vivre dans la créativité

C’est plutôt la créativité comme outil que l’on peut utiliser pour générer des prises de conscience, ou trouver des options pour opérer le changement.

Recherche d’options farfelues

Par exemple :

Client : « Je ne veux plus avoir à voir ma belle-mère. »
Coach : « Quelles sont les options farfelues ? »
Client : « Eh bien je peux appeler Terminator pour qu’il l’emmène loin dans le futur, ou bien je lui commande un dromadaire pour l’emmener sur la lune. »
Coach : « Et si elle refuse ? »
Client : « Alors c’est moi qui partirai. »
Coach : « A quelle époque vous voudriez partir ? »
Client : « Vous avez raison*, c’est maintenant que je dois prendre de la distance, et c’est à moi de la prendre… »

(*) Attention : Ici le coach n’a rien suggéré

Recherche de liens entre 2 éléments proposés

Par exemple :

Coach : « Et quand vous dites qu’aujourd’hui vous vous mettez en difficulté en aidant les autres de la manière dont vous le faites, et quand vous dites que votre mission de vie dans le futur nécessite de construire un parcours dès aujourd’hui, qu’est-ce que ça vous apprend ? »
Client : « Que les personnes que j’aide aujourd’hui c’est au sacrifice de celles que je prévois d’aider plus tard. »
Coach : « Et maintenant que vous savez ça ? » …

Constellations

L’outil de constellations consiste à représenter en 2D ou 3D, le système constitué par des entités : personnes, groupes de personnes, sentiments, concepts etc. En observant le système ainsi représenté, et en allant se positionner sur les éléments afin de capter des ressentis, le client fait émerger de l’information qui lui ouvre de nouveaux champs de compréhension de son problème et lui permet d’envisager des solutions nouvelles. Cet outil engendre souvent des transformations plus en profondeur que l’analyse mentale du problème.

Exemple : Une dirigeante se demande comment garder l’adhésion de son équipe sur le long terme. Elle craint sa vulnérabilité. En constellation, elle représente le système : Elle, son équipe, la solution, l’entreprise, sa vulnérabilité. Elle prend conscience que l’équipe doit faire partie de la solution, la pression sur « Elle » se relâche, et la vulnérabilité est loin du système, elle n’a plus sa place dans cette problématique.

Clean language et clean coaching

Cette outil utilise la création d’une métaphore à travers laquelle le client explore le problème et trouve des solutions. Les questions sont construites de manière à ce que le coach ou facilitateur, influence le moins possible le client.

Exemple : Pour l’échange rayonnant sur la libération, j’avais dessiné un guépard qui coure à 180 km/h. On pourrait imaginer un questionnement comme celui-ci :

Client : « Je souhaite me sentir libéré. »
Coach : « Quel genre de « libéré » est ce « libéré » ? »
Client : « C’est comme un guépard qui coure à 180 km/h »
Coach : « Et quand guépard et quand courir, quel genre de courir est ce courir ? »
Client : « C’est un courir sans être dans la fuite, ni dans la poursuite, c’est courir juste parce que j’aime et je peux »
Coach : « Et quand ni fuite ni poursuite, juste j’aime et je peux, que se passe-t-il après »
Client : « Et bien c’est le calme et la détente, la satisfaction d’avoir fait quelque chose sans nécessité »

On peut imaginer qu’après cette métaphore, le client décide de prendre du temps pour soi sans avoir à le justifier par un objectif. Mais peut-être aura-t-il réalisé un tout autre apprentissage que personne n’aura pu deviner à sa place…

Il existe aussi des méthodes et exercices, en particulier en entreprise quand il s’agit de faciliter un groupe de personnes à trouver des idées d’innovation. Je ne développerai pas cela aujourd’hui.

Astuces pour vivre dans la créativité

Principes de base :

Se donner l’autorisation, s’entourer de personnes qui ne vont pas rabattre notre joie. Ne pas brimer les autres non plus, encourager et profiter du fun que cela apporte.

Provoquer l’ennui : si vous occupez tous vos moments d’éveil par la télé, les réseaux sociaux, vous ne laissez pas de place à ce qu’il y a à l’intérieur pour émerger.

Se cultiver, être curieux : l’association d’idées nécessite des idées, et donc de la culture, ou d’être nourri d’informations, en particulier ce qui ne nous intéresse pas à priori.

Essayez de résoudre vos problèmes par vous-même avant de demander à quelqu’un de le faire pour vous. Faites-vous confiance pour des choses à faible enjeu dans un premier temps.

Ne rejeter aucune option.

Identifier le cadre et se mettre en dehors.

En ce qui me concerne, je suis plus dans les mots que dans les réalisations concrètes, les astuces que je partage correspondent à mes préférences.

Exemples pour inventer des histoires

Si vous avez un enfant, n’hésitez pas à lui inventer une histoire. Les histoires de ma grand-mère quand j’étais petite étaient très simples et je les adorais.

Si vous n’avez pas d’enfant, inventez vous une histoire, par exemple avec 2 images Dixit (Dixit est un jeu de société qui utilise des cartes illustrées pleines d’imaginaire), ou 2 mots, ou tirer 6 mots au sort et créer une histoire dans lesquels ils figurent.

Si vous êtes plusieurs, jouez à plusieurs pour créer l’histoire. Ou donnez-vous les mêmes mots et racontez chacun votre histoire.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
scroll-to-top